• Confession d'un crayon

    par Chantal Duneau

    12 décembre 2015

                                                                                                                                                    Thème: Faites parler un objet

    Je ne suis qu'un crayon à papier, mais fier de l'être!

    Tête noire et col blanc sur une belle livrée verte, droit comme un i dans le pot de terre cuite, je côtoie mes frères de couleurs et quelques jeunes blancs-becs, à bille ronde, qui rient sous cape, assurés qu'ils sont de notre fin prochaine. Ils ne peuvent pourtant s'enorgueillir comme moi d'un chiffre et d'une lettre gravés sur le flanc en l’occurrence un 3 B, garant de mes performances.

    Eh oui! Je sors d'une édition numérotée! J'ai la mine affûtée et la taille fine car je suis issu du bois dont on fait les outils indispensables à ceux qui écrivent, dessinent et tirent des plans sur la comète.

    Pour ma part, je suis au service d'une personne qui gratte beaucoup le papier, se croyant sans doute quelque talent! Ainsi, des heures durant, je vais, je viens, je cours sur des feuilles blanches, je gribouille, griffonne, rature, souligne, surligne, surnote, surcharge, ébauchant même parfois une silhouette, un visage, un paysage... Il m'arrive, je l'avoue, de forcer le trait -sinon l'admiration- ce qui me vaut d'être mis à pied.

     

    Vous les pinceaux, ne vous gaussez pas car un sort peu glorieux vous attend: un jour, amaigris, le poil ras, vous sécherez de dépit dans vos bocaux maculés de peinture.

    Quant à vous, les crayons de couleurs, nuancez vos comportements.

    Vous pavoisez dans vos éclatantes tenues mais votre usage est limité et vous devez vous unir pour produire quel qu’effet quand moi je garde mon indépendance!

    Silence la gomme! Vous prétendez pouvoir m'anéantir? Que nenni, je renais de suite, à l'endroit même que vous venez de quitter

     

    Non! L'objet de mes inquiétudes est ailleurs: à quelques rames de moi, sur le bureau voisin, me parviennent les ricanements de mes ennemis jurés: claviers divers, machines élagueuses dont on sort meurtri et diminué, feutres débiles, souvent d'ailleurs indélébiles, correcteurs en tout genre et plus loin disséminés dans la maison: dictaphone, téléphone, smartphone et autres beaux parleurs... Qu'on ne s'étonne pas alors de ma mine de papier mâché: La lutte est serrée et je m'imagine déjà en fin de vie, rejoignant dans la coupelle transparente, mes prédécesseurs en habit vert, réduits à leur plus simple expression: un centimètre à peine (taille imposée par la propriétaire!). J'entrerai alors dans l'académie des bouts de crayon, en hommage aux service rendus à la culture!

    Frères crayons*, qui après nous vivrez, ne faites pas grise mine, car si la horde des adversaires -qui se réclament de la toile- grossit et rend notre avenir incertain, rappelez-vous qu'en ce bas monde, tout passe et tout s’efface... Oui, c’est cela: tout s'efface!

     Confession d'un crayon

                                                                                                                                         Chantal Duneau  

     

    * allusion à l’épitaphe de Villon

     


  • Commentaires

    1
    Roland Maeseele
    Lundi 14 Décembre 2015 à 17:44

    Il y a des textes qu'on aimerait avoir écrit... j'aime beaucoup celui-ci... imaginatif, subtil, plein d'humour et surtout rythmé! Par exemple, le paragraphe avec énumération ' je vais, je viens... je gribouille, griffonne...' est un délice.

    Bravo, Chantal.

    2
    Jean-Jacques
    Mardi 15 Décembre 2015 à 22:34

    Tout à fait d'accord avec Roland ! Comme je suis parti avant la lecture de ton texte, je n'ai pas eu l'occasion de te dire le bien que j'en pensais. En particulier, j'ai admiré le nombre et la justesse des métaphores, allusions et  périphrases entre la "vie" du crayon et d'autres événements courants dans la vie d'un bureau.

    3
    Louis-Marie
    Vendredi 18 Décembre 2015 à 10:30

    J'apprécie aussi beaucoup  ce texte rempli de subtilités, de métaphores, de vivacités...

    Je crois que je ne regarderai plus mes crayons de la même façon!

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :