• Insomnies

    Jean-Pierre Leguéré

    19 janvier 2019

     

    Ma mère, ma mère, le marchand de sable ne passe plus.

    Ma mère, avec ton rire clair, tu disais :
     - Mon enfant, mon enfant, le sable te pique les yeux, le marchand de sable est passé,…Oust ! au lit, C’est l’heure de dormir !
    Bientôt l’endormante enchantait l’enfant d’une dernière chanson, et lui l’enfant disait :  Encore encore ! Et puis bientôt s’abandonnait. Sentait-il seulement son dernier baiser ?

    Parfois du lit de l’enfant s’envolaient quelques blanches colombes, et parfois aussi des oiseaux gris, comme le sont les tourterelles, annonciateurs des inquiétudes solitaires, des chagrins enfouis, des vols lourds de caucherêves

    Ma mère, ma mère, ton rire clair résonne toujours en mes oreilles sourdes aux bruits du jour, mais le marchand de sable, lui, ne passe plus jamais.

    Les bleus de mes vies se noient dans l’ondoyante, la chatoyante moire noire de mes nuits. Elle recèle en ses plis les douleurs mêlées des abandons et des incendies et des blessures de l’âme et du temps qui passe et des deuils sans fin.
    Parfois vient un rappel minuscule, une piqûre aiguë, une légère morsure ; parfois c’est un coup sourd qui déclenche une douleur lancinante, insupportable ; parfois, ce sont de simples errements dans un paysage brûlé.

    Ma mère ma mère, où trouve t’on le marchand de sable ?
    Faut il aller dormir au bord de la mer au sable sans cesse lavé ?
    Faut il aller dormir en des oasis de figues et de palmiers près des sables du désert ?
    Ou faut-il se refuser à dormir pour éviter les chaos de la nuit?

    Ne me réponds pas, je le sais, où que j’aille ou que je me pose,
    Ma mère, ma mère, le marchand de sable ne passe plus.



  • Commentaires

    1
    roussies
    Mercredi 30 Janvier à 16:12

    Vraiment très émouvant, nostalgique.

    Le temps qui passe nous ramène à nos  premières émotions!

     Le rythme du texte nous entraine...

    Louis-Marie

     

     

     

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :