• Le feu

    par Nadine Foissotte

    16 mai 2020

     

    Il éclate avec une fureur sans égale

    Feu rougeoyant, ardent et ravageur  

    Dans tout votre être, il s’empale

    Attaque sans pitié votre cœur

    Le broie, le lamine et déloyal

    S’éteint, laissant cendres et douleur

     

    Il crépite dans la cheminée…

    Les flammes dansent joyeusement

    Alors que derrière les vitres gelées

    Le froid étreint le village endormi

    Une douce chaleur nous envahit

    Le cœur se desserre doucement.


  • Commentaires

    1
    louis-marie
    Mardi 2 Juin à 10:27

    Dans la première strophe, le feu me semble une métaphore évoquant 

    ce qui nous transperce et qui s'éteint laissant de la nostalgie...

    La deuxième strophe est apaisante. 

    Que c'est bien dit!

    Louis-Marie

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :